Ce sinistre personnage n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir appelé à la violence après les attentats de 2015, tenu des propos racistes sur les Noirs, il s’en était pris aux “tantouses” et aux “sodomites” en 2019.

Par Andrei Olariu

© YouTube

Bassem Braïki s’est fait connaître “grâce” à une vidéo postée juste après les attentats de Paris de 2015. Tranquillement installé dans sa voiture, le blogueur invitait les “muslims” à dénoncer “les imposteurs qui se font passer pour des musulmans en tuant des gens”.

« OÙ EST CETTE FRANCE OÙ C’ÉTAIT UN DÉLIT QUAND TU TENAIS LA MAIN À TON MODE SIDAÏQUE ? »

Puis en 2018, il avait publié une autre vidéo révoltante. Voici les propos qu’il y tenait : “C’est pour ça que moi je paye mes impôts locaux ? C’est pour voir deux sodomites en train de boire un cocktail ? […] L’autre Toufik, sale tantouse narbou wal dik. Y en a marre, où est cette France où c’était un délit quand tu tenais la main à ton pote le sidaïque ? Elle est où cette France là ? […] C’est pour ça que vous êtes dans tous les postes clés, vous voulez rendre fous nos enfants. Vous voulez les rendre barjots.

À LIRE AUSSI : Découvrez GRATUITEMENT le nouveau numéro du magazine Mmensuel

Des propos graves qui ne sont pas restés impunis. En effet, le mardi 20 octobre, le Tribunal correctionnel de Lyon a condamné ce benêt à une peine de 8 mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve de 2 ans. Il devra également payer une amende de 2.500 euros et verser 4.200 euros d’indemnités à des assos LGBT+ Mousse, STOP Homophobie et Adheos, qui l’avaient assigné en justice?

AUSSI CONDAMNÉ POUR PROPOS RACISTES ENVERS LES NOIRS

Lors de l’audience de plaidoirie Braïki, blogueur avait expliqué qu’il n’avait “rien contre les homosexuels”. Sauf qu’il avait précisé qu’il y a quand même selon lui un “problème de moralité” à voir des homosexuels “défiler dans la rue lors de la Gaypride” ou à “être reçus à l’Élysée”. 

À LIRE AUSSI : TÉMOIGNAGES – Un chauffeur Uber homophobe agresse un jeune danseur

Le Procureur lui avait alors rappelé que “quand on a fait l’objet de plusieurs condamnations pénales au cours des dernières années, on ne parle pas de moralité, on se tait”.

Braïki ne hait visiblement pas que les homosexuels. Il a été condamné pour propos racistes envers les noirs et les métisses en 2019. Et puisque la haine et la violence vont de pair, il a été pris dans une bagarre spectaculaire en février dernier avec le rappeur Sadek et sa bande. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici