C’est une première historique ! Le nouveau président des États-Unis Joe Biden a annoncé qu’il nommait Rachel Levine, une femme transgenre ministre adjointe de la Santé. Un poste rêvé pour cette experte en pédiatrie et en psychiatrie.

par Fred Lafeuille

Après des années de répression et de stigmatisation de la communauté LGBT+ par l’administration Trump, Joe Biden annonce d’emblée la couleur. Son intention : opérer un virage à 180 degrés sur les questions du genre et de la transidentité. 

Rachel Levine sera donc la première femme transgenre ministre adjointe de la Santé de son administration. Il s’agit d’une experte et professeure d’université en pédiatrie et psychiatrie. Elle officiait jusqu’à présent en tant que directrice de la Santé dans l’État de Pennsylvanie.

Rachel Levine, un choix qui s’imposait !

Elle représente un choix historique et extrêmement qualifié pour aider à mener les politiques de santé de notre administration”, a déclaré Joe Biden, dont l’investiture comme 46e président des États-Unis a eu lieu hier.

Selon le successeur de Trump, Rachel Levine “apportera le leadership ferme et l’expertise cruciale dont nous avons besoin pour guider les gens à travers cette pandémie, peu importe d’où ils viennent, leur race, religion, orientation sexuelle, identité de genre ou leur handicap”.

À LIRE AUSSI : DÉCOUVRE GRATUITEMENT LE DERNIER NUMÉRO DE MMENSUEL

Rachel Levine, “est sur le point d’être la première responsable fédérale ouvertement transgenre à être confirmée par le Sénat américain”, a précisé l’équipe de Joe Biden dans un communiqué. C’est non seulement une première historique, mais aussi une bouffée d’air frais et un réel espoir pour la communauté LGBT+ américaine dans son ensemble. 

Une politique résolument inclusive !

Car, Donald Trump et ses sbires ont tout fait pour juguler les droits de la communauté pendant leurs quatre années passées à dévaster les droits des LGBT+ aux États-Unis. L’administration de l’ex-président a notamment énormément fait contre les personnes transgenres… 

À LIRE AUSSI : Joe Biden a déjà parlé du respect des LGBT dans son discours de victoire

Trump avait notamment tenté de réduire les droits aux aides sociales et médicales des trans. En outre, en 2017, il avait notamment annoncé sa décision d’interdire aux trans de servir dans l’armée. Avec ses gros sabots légendaires, il avait tout simplement déclaré qu’il s’agissait de se libérer du “fardeau des coûts médicaux énormes” et d’éviter les “perturbations”. Le Pentagone avait finalement autorisé il y a trois ans les personnes transgenres à s’enrôler sous conditions.

Joe Biden est tout l’opposé de Trump

Autre choix symbolique s’il en est : celui de nommer son ancien rival aux primaires Pete Buttigieg ministre des Transports. Buttigieg est en effet le premier candidat ouvertement gay à s’être présenté à la primaire démocrate. Il est également le premier homme politique de l’Indiana a avoir fait son coming out. 

À LIRE AUSSI : Ce bébé manchot a deux papas gays

Dans son programme, Joe Biden a d’emblée écrit noir sur blanc qu’il œuvrerait pour la communauté LGBT+. Il a en effet promis de rétablir les politiques pro-égalité amorcées par Barack Obama et de les étendre. Biden s’est engagé à mettre à jour les stratégies de lutte contre le VIH. Il souhaite également que son administration travaille à une loi visant à décourager les thérapies de conversion. 

Des promesse qu’il faudra tenir

Son programme comprend aussi des projets de mesures pour améliorer les enquêtes sur les crimes de haine ou encore pour garantir un meilleur accueil pour les réfugiés et les demandeurs d’asile LGBT+. Il souhaite également que le don de sang soit enfin ouvert de façon égalitaire aux personnes de la communauté. Il ne reste donc plus qu’à se mettre au boulot, très cher Joe !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici