Alors que certains messages postés sur le réseau social appellent carrément au meurtre, la réponse de Facebook est particulièrement surprenante. Des association LGBT+ du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord s’insurgent…

Par Fred Lafeuille

Depuis quelques jours, Facebook perd des tas d’annonceurs. En effet, Starbucks, Ford, Coca-Cola, Honda ou encore Verizon retirent leurs pubs de Facebook pour protester contre le manque de réponse de la plateforme à la propagation des fake news et aux discours de haine.

La campagne “Stop Hate for Profit” a été lancée le mois dernier par plusieurs groupes de défense des droits civiques. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a répondu au boycott en affirmant que la société commencerait à utiliser des “labels d’avertissement” sur les publications. Mais il a aussi précisé qu’il n’empêcherait pas les utilisateurs de publier leur contenu. 

JETER LES GAYS DU HAUT D’UN TOIT

Des militants LGBTQ+ du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord s’insurgent. Ils attirent notamment l’attention sur des messages particulièrement dérangeants postés par des islamistes à assassiner des personnes LGBTQ+. Selon Gay Star News, Facebook a répondu à la plainte des activistes concernant un article en particulier. Celui d’un utilisateur nommé Abdullah, qui se traduisait par : “Si vous pensez que vous avez le droit de pratiquer la sodomie / l’homosexualité, alors j’ai le droit de vous rejeter du haut du toit”.

À LIRE AUSSI : Bolsonaro accuse l’OMS de pousser à l’homosexualité et à la masturbation

Facebook aurait répondu en expliquant que la publication “ne va pas à l’encontre des normes de notre communauté, y compris le discours de haine”. En outre, Gay Star News note que des militants ont également montré à Facebook la photo de profil d’un utilisateur nommé Michael Clarke. Cette image représente deux personnages avec deux bâtons, l’un simple, l’autre aux couleurs de l’arc-en-ciel. Sur le cliché, l’homme au bâton ordinaire est en train de frapper l’homme bâton arc-en-ciel dans le ventre. Un message clairement anti-queer et pro-violence.

“LA PLUPART DES SIGNALEMENTS ONT ÉTÉ REFUSÉS PAR FECABOOK”

Un autre utilisateur, nommé Waallah Hasal, a quant à lui posté une illustration représentant un combattant islamique supposé avec une épée face aux manifestants LGBTQ + et aux Black Lives Matter.

Au cours des dernières années, l’État islamique a assassiné des hommes gays et bisexuels en les jetant des toits. Ou alors en les décapitant ou en les lapidant à mort. Plusieurs des victimes étaient carrément de jeunes ados.

22 militants et groupes LGBTQ + ont adressé une lettre ouverte à Facebook à ce sujet. La lettre est arrivée juste après la mort de Sarah Hegazy. “La communauté LGBTQI+ de la région du Moyen-Orient d’Afrique du Nord a signalé des milliers de messages de discours de haine en arabe”, indique la lettre “La plupart de ces signalements ont été refusés par Facebook parce que le contenu n’était pas en contradiction avec les normes de la communauté Facebook. Cela est dû au laxisme d’un discours anti-haine inefficace”.

À LIRE AUSSI : Une “ex-lesbienne” remercie Dieu d’avoir créé le Covid pour annuler les Prides

Aux États-Unis et en Europe, il n’y a pas de place pour propager des discours de haine contre toute orientation sexuelle, race, religion, secte ou tout autre groupe social”, a déclaré à Reuters Adam Muhammed, directeur exécutif du collectif marocain ATYAF, un groupe LGBTQ +. “Nous avons adressé une lettre à Facebook demandant à sa direction de mettre en œuvre la même politique partout”.

Facebook a finalement répondu en déclarant à Reuters : “Nous savons que nous avons encore du travail à faire ici. Et nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec les membres de la communauté LGBTQI + au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Nous voulons développer nos outils, notre technologie et nos politiques”. Blablabla !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici