Premier super-héros gay made in France, Fusion Man est le fruit d’une campagne de crowdfunding brillamment menée. Il apporte la preuve qu’on peut hériter de super pouvoirs et défendre la cause LGBT. Nous avons voulu rencontrer son créateur, David Halphen, pour en apprendre plus sur ce jeune homme pas comme les autres !

Propos recueillis par Andrei Olariu

SALUT DAVID, PEUX-TU TE PRÉSENTER À NOS LECTEURS ?

Moi, c’est David Halphen, j’ai 33 ans et je suis réalisateur et scénariste, passionné de fiction et de production audiovisuelle depuis toujours !

COMMENT EST NÉ LE PERSONNAGE DE FUSION MAN ?

C’était en 2008 quand Canal+ et l’INPES ont commandé des courts métrages pour lutter contre l’homophobie. À cette époque-là, il n’y avait ni Netflix ni RuPaul, et les LGBT étaient encore très rares à la télévision. J’ai eu envie de prendre part à ce projet en imaginant un super-héros gay auquel j’aurais pu m’identifier ado.

IL ÉTAIT DONC IMPORTANT POUR TOI QUE CE HÉROS SOIT OUVERTEMENT GAY ?

Bien sûr. C’est important pour nous les LGBT d’avoir une iconographie. Je veux qu’un jeune garçon homo qui découvre les aventures de Fusion Man puisse s’identifier en se disant que lui aussi pourra devenir un jour un super-héros, super cool et super badass. Les hétéros ont Superman ou Spiderman comme références, alors c’est important de proposer de la diversité dans les représentations positives !

TU T’ES INSPIRÉ D’AUTRES COMICS POUR IMAGINER FUSION MAN ?

C’est vrai que je bouffe de la fiction depuis que j’ai 2 ans, mais j’ai vraiment essayé de créer un personnage original. Plus jeune, je restais des heures devant Le Petit Dinosaure, Maman j’ai raté l’avion, Batman ou encore Buffy contre les vampires. Alors il y a sûrement un peu de chacun d’eux dans les aventures de Fusion Man. Mais c’est après avoir vu les personnages de Queer as Folk inventer leur super-héros, Rage, dans la série que j’ai trouvé le courage de me lancer !

« J’AI TOUJOURS ÉTÉ ATTENTIF À LA REPRÉSENTATION DE LA DIVERSITÉ DANS MON TRAVAIL… »

ESPÈRES-TU QUE FUSION MAN VA DONNER ENVIE À D’AUTRES AUTEURS D’INCLURE DES PERSONNAGES GAY DANS LEURS COMICS ?

C’est la première fois qu’on me pose cette question, je n’y avais jamais réfléchi, mais j’en serais vraiment fier. J’ai toujours été attentif à la représentation de la diversité dans mon travail, alors si Fusion Man peut ouvrir la voie à d’autres, tant mieux ! Mais je n’ai pas cédé à tous les caprices des internautes [rires] !

EST-CE QUE LE FAIT D’AVOIR CRÉÉ CE PERSONNAGE EST TA FAÇON DE MILITER POUR LA CAUSE LGBT ?

J’aimerais te répondre que non mais, en réalité, tant qu’il y aura des LGBTphobes, créer des héros LGBT restera un acte politique, militant et engagé. Même si c’est un geste fort, je mène une révolution douce. Dans Fusion Man, on retrouve deux personnages gay, une héroïne bi et une héroïne trans. Ça devrait être anodin, mais en 2020, ça ne l’est toujours pas !

PLUS JEUNE, TE SOUVIENS-TU D’AVOIR LU DES COMICS LGBT OU EST-CE QUE CETTE TENDANCE EST NOUVELLE ?

Rien ! Il n’y avait rien du tout ! Certains s’amusent à voir une ambiguïté dans la relation Batman et Robin, mais en réalité les codes éthiques qui régissent l’écriture des comics américains ont longtemps interdit les représentations d’homosexualité. Le yaoi n’était pas encore importé à grande échelle du Japon, et les quelques titres existants étaient très riches en contenus sexuels et sexy. Ça manquait de contenu grand public.

À LIRE AUSSI : Delphine vient la première candidate lesbienne à participer à l’Amour est dans le pré !

LE MILIEU DU COMICS EST PLUTÔT MACHO ET HOMOPHOBE ?

Il est à l’image du monde. Les choses évoluent dans le bon sens, mais parfois pas assez vite. Il y a bien des éditeurs indépendants très militants, mais encore trop peu d’œuvres LGBT grand public. Du coup, les ventes restent assez confidentielles. Il a aussi sûrement un travail à faire du côté des libraires qui sont souvent très frileux à l’idée de proposer un contenu LGBT au jeune public.

SELON TOI, FUSION MAN EST-IL UN SUPER HÉROS COMME LES AUTRES ?

Je l’espère ! J’ai toujours voulu l’inscrire dans la continuité des super-héros de comics traditionnels. Pour moi, la sexualité de Fusion Man n’est pas un sujet. On ne s’attarde pas sur l’hétérosexualité de Superman, on veut juste savoir comment il a une nouvelle fois sauvé le monde. Eh bien, je veux que ce pareil pour Fusion Man.

COMMENT S’EST PASSÉE TA RENCONTRE AVEC YAS QUI A DESSINÉ CE PREMIER VOLUME ?

On a discuté pour la première fois sur un forum de dessinateurs de BD il y a plusieurs années. Yas a un trait avec beaucoup de caractère et de personnalité. Ses dessins s’inscrivent parfaitement dans la mouvance des comics actuels. Alors, quand je lui ai proposé de sortir une histoire de 120 pages découpée en deux tomes, il a été assez dingue pour dire oui…

Fusion Man 1 : Les Origines d’un super-héros | par David Halphen et Yas Munasinghe (aux éditions Spirit Darko)

DÉCOUVRE LA SUITE DE CETTE INTERVIEW DANS LE NUMÉRO DE DÉCEMBRE DU MAGAZINE MMENSUEL EN CLIQUANT ICI – C’EST GRATUIT !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici