Mathieu est un bon vivant, il aime les soirées entres amis, la bonne bouffe et veut croquer la vie à pleines dents. Mais il manque quelque chose pour que ce tableau soit parfait. Mathieu veut fonder une famille avec l’homme qu’il aime. Mais pour ça faut-il encore le trouver.

C’est pour cela qu’il participe cette saison à L’amour est dans le pré sur M6. Nous l’avons rencontré à quelques jours de la diffusion de l’émission pour faire le point sur son aventure ! 

Propos recueillis par Andrei Olariu

© Jo Zhou – M6
BONJOUR MATHIEU. TON PROFIL TRANCHE AVEC CELUI DES AUTRES CANDIDATS : BON VIVANT, ÉPANOUI ET CÉLIBATAIRE POUR LA PREMIÈRE FOIS DEPUIS UN AN ET DEMIL. POURQUOI PARTICIPER À L’ÉMISSION ?

Lorsque j’ai appris que j’étais atteint de la maladie de Cadasil, je suis rentré chez moi et je l’ai dit à mon mec de l’époque. La seule chose qu’il a trouvée à me répondre, c’est : “Mon Dieu, mais comment je vais faire pour supporter ça, je n’y arriverai jamais.” Du coup, j’ai mis fin à cette relation toxique, et le lendemain je suis tombé sur une annonce qui proposait de participer à l’émission. Alors j’ai foncé sans réfléchir. Je suis un inconditionnel de l’émission : avec ma mère, on n’en a jamais raté aucune ! Je n’ai jamais eu de mal à trouver un mec, mais j’ai du mal à trouver l’amour. Je n’ai pas été amoureux depuis plus de vingt ans.

“JE N’AI JAMAIS EU DE MAL À TROUVER UN MEC, MAIS J’AI DU MAL À TROUVER L’AMOUR”. 

TU T’ES BEAUCOUP LIVRÉ DANS TON PORTRAIT EN ABORDANT NOTAMMENT TON COMING OUT. AS-TU CONSCIENCE QUE CE TÉMOIGNAGE PEUT AIDER D’AUTRES PERSONNES QUI HÉSITENT À FRANCHIR LE PAS ?

J’ai avant tout fait l’émission pour moi, mais j’ai très vite réalisé que mon témoignage allait pouvoir aider d’autres gens. Juste après la diffusion de mon portrait, un jeune agriculteur de 24 ans m’a contacté en me disant que j’avais eu beaucoup de courage de faire mon coming out et qu’il voulait trouver la force de le faire à son tour. Ça m’a beaucoup touché !

© Jo Zhou – M6
TU ÉVOLUES DANS UN MILIEU PLUTÔT MACHO (ÉLEVAGE DE TAUREAUX). EST-CE QU’IL A ÉTÉ COMPLIQUÉ DE TE FAIRE ACCEPTER ? OU AS-TU SOUFFERT DE REMARQUES HOMOPHOBES ? 

C’est beaucoup plus difficile. Les habitants de ces petits villages n’ont pas l’occasion de côtoyer des personnes homosexuelles au quotidien, du coup ce sont des choses qu’ils ne comprennent pas, il leur manque juste les clés. Mais il faudrait plus de jeunes qui fassent leur coming out pour les sensibiliser à ça. L’ouverture d’esprit, c’est quelque chose qui s’apprend ! 

“J’AI TRÈS VITE RÉALISÉ QUE MON TÉMOIGNAGE ALLAIENT POUVOIR AIDER D’AUTRES GENTS”

COMPRENDS-TU QUE CERTAINS NE VOIENT PAS D’UN TRÈS BON ŒIL QUE TU ÉLÈVES DES TAUREAUX (CORRIDA, SOUFFRANCE ANIMALE…) ?

La plupart des gens ont l’image de la tauromachie espagnole où l’on tue le taureau à la fin. J’aime beaucoup trop les animaux pour faire ça. Dans la tauromachie camarguaise que je pratique, le taureau est roi, on ne le tue pas, il meurt de vieillesse dans les prés. Il sort juste pour faire une course quatre ou cinq fois par an. D’ailleurs, la race camarguaise n’est pas du tout rentable pour la viande et, si on n’avait pas cette tradition, la race aurait disparu. 

TU PARLES SOUVENT DES MOMENTS DOULOUREUX DE TA VIE EN UTILISANT L’HUMOUR. EN PARTICIPANT À L’ÉMISSION, N’AS-TU PAS EU PEUR QUE LA FRANCE ENTIÈRE VOIT LE “VRAI MATHIEU” ? 

Je n’ai rien à cacher. Quand on me pose des questions, je réponds avec franchise. Ça ramène une proximité avec les gens, ils peuvent facilement s’identifier quand ils voient que tu as galéré comme eux. Et puis, moi, ça me fait beaucoup de bien d’en parler. 

DÉCOUVREZ LA SUITE DE CETTE INTERVIEW DANS LE DERNIER NUMÉRO GRATUIT DU MAGAZINE MMENSUEL EN CLIQUANT ICI. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici