L’auteure de la saga Harry Potter a encore frappé. Elle a brisé son silence sur Twitter pour partager une image de son nouvel achat. L’article en question : un t-shirt proposé par un magasin qui vend également des produits anti-trans.  

Par Andrei Olariu

L’auteure s’est bien abstenue de commenter la déferlante de commentaires suite à la sortie de son nouveau roman, Troubled Blood. Un bouquin où elle décrit un homme cisgenre qui se déguise en femme pour tuer, ce que beaucoup ont pris pour un nouveau énième témoignage de sa prétendue transphobie

UNE BOUTIQUE GÉRÉE PAR UNE LESBIENNE ANTI-TRANS

Le mardi 22 septembre, elle a donc partagé un post sur son compte Twitter pour montrer son nouvel achat. “Parfois, un t-shirt vous parle”, a-t-elle écrit pour accompagner la photo de son vêtement, sur lequel on peut lire “This witch doesn’t burn” (cette sorcière ne brûle pas). Elle a également posté le lien vers la boutique en ligne Wild Womyn Workshop en utilisant le hashtag “Soutenez les femmes dirigent des entreprises”.

Le site de vente en ligne est géré par Angela C. Wild, cofondatrice du groupe séparatiste anti-trans et lesbien Get the L Out. Cette organisation est surtout connue pour avoir détourné la Pride de Londres 2018. Les membres de Get the L Out – qui prétend s’opposer à “toute sorte de politique misogyne et de systèmes qui accordent la priorité aux intérêts des hommes”, y compris “la politique queer et le transgenre” – s’étaient en effet placés en tête de cortège.

À LIRE AUSSI : Cynthia Nixon descend J.K. Rowling au sujet de sa transphobie

Pour en revenir à la boutique en ligne, elle n’hésite pas à vendre des tes de petits articles anti-trans. “Transwomen are men” (Les femmes trans sont des hommes) est l’un des articles les plus révélateurs de l’état d’esprit qui règne sur ce site. 

UN BADGE “LES FEMMES TRANS SONT DES HOMMES”

D’autres articles affichent aussi clairement ce refus de l’identité transgenre. Comme un badge, où est inscrit sur les couleurs du drapeau trans : “Sorry about your dick bro” (désolé pour ta bite, frère). Un autre dit “Transactivism is misogyny” (Le transactivisme est de la misogynie). Bref, une bonne dose de haine envers les trans.

Comme l’ont noté nos confrères de Komitid, certaines enseignes ont commencé à boycotter l’auteure. À l’instar de la librairie Rabble Books & Games en Australie. 

CERTAINES LIBRAIRIES BOYCOTTENT DÉSORMAIS LES LIVRES DE ROWLING 

Nous ne vendrons pas les nouveaux livres de J.K. Rowling”, a lancé la librairie sur Instagram. “Et nous ne garderons plus les livres de Robert Galbraith (son pseudonyme pour les romans policiers) sur nos étagères. Bien que nous n’en vendions pas beaucoup, nous allons également éliminer progressivement les livres Harry Potter”.

Retrouvez chaque jour le meilleur de l’actualité LGBT dans votre magazine Mmensuel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici