Jess Royan, la star du porno, créateur de Crunchboy, se met à nu ! Connu pour être l’un des plus grands producteurs de porno français, Jess Royan surprend avec la parution de son autobiographie Ma vie classée X (aux éditions Sydney Laurent) où il se raconte sans détour. Des moqueries sur son physique à la découverture de son homosexualité, il se livre pour la toute première fois. Et nous l’avons rencontré…

Propos recueillis par Andrei Olariu

Jess Royan, la star du porno se met à nu ! © LTX Project

Salut Jess, pourquoi avoir choisi de raconter ton histoire ? 

Je voulais que les gens qui m’aiment puissent en apprendre plus sur mon parcours, sur l’homme que je suis une fois la caméra éteinte.

Dans ton livre tu te définis comme un grand timide. C’est pas un peu paradoxal pour une star du porno ?

Mylène Farmer aussi est une grande timide et elle remplit pourtant le Stade de France, non ? Je suis comme chacun, bourré de paradoxes ! Je suis bien vivant, mais j’ai peur de la mort, timide, mais à l’aise devant une caméra, toujours souriant, mais en larme à chaque fois que je regarde Ghost. Pour la première fois, les gens vont découvrir mon côté réservé qui fait partie de moi !

“PARFOIS ON PLAIT, PARFOIS ON NE PLAIT PAS, ET ON N’Y PEUT RIEN !”

Durant ton adolescence et bien plus tard, tu te trouvais moche. Est-ce que tu t’es finalement réconcilié avec ton apparence ?

Du tout, je me trouve toujours banal, mais je ne porte plus aucun jugement sur mon physique. Tu sais, parfois on plait, parfois on ne plaît pas, et on n’y peut rien. Après je t’avoue que j’ai toujours du mal à me regarder dans le miroir. Quand ça m’arrive avant une scène, je me demande toujours si je vais être assez bien. Je suis très exigeant envers moi-même.

Tu t’adresses à plusieurs reprises à Dieu. Quelle place occupe la foi dans ta vie ?

Elle avait une place importante jusqu’au jour où j’ai réalisé que c’était n’importe quoi. Dieu m’a bien déçu et aujourd’hui je n’attends plus aucun signe de sa part. Crois-moi, il n’y a rien derrière tout ça, c’est du vent !

“IL EST IMPORTANT, LORSQU’ON EST VICTIME, D’OSER PARLER ET DE NE SURTOUT PAS CACHER LA VÉRITÉ…”

Lorsque tu évoques ta première fois, tu racontes qu’à défaut d’avoir eu du lubrifiant sous la main, tu as fait fondre du beurre dans un sopalin au micro-onde. Qu’est-ce qui t’es passé par la tête à ce moment-là ?

Je ne sais même pas quoi te répondre. J’étais jeune, je n’y connaissais rien au sexe (j’ai commencé très tard) et je n’avais rien d’autre sous la main. Alors j’ai fait avec les moyens du bord en imaginant que ça allait super bien fonctionner !

À LIRE AUSSI : Jess Vill parle des nouvelles photos sexy de ES Collection !

Lors d’un casting, tu racontes ton viol par un casseur  C’était difficile pour toi de revenir sur cet épisode ?

Non. Et il ne faut pas que ça le devienne. Il est important, lorsqu’on est victime, d’oser parler et de ne surtout pas cacher la vérité. Il ne faut pas que ça soit tabou. Si mon témoignage peut aider d’autres personnes à raconter ce qu’elles ont vécu, c’est très bien !

DÉCOUVREZ LA SUITE DE CETTE INTERVIEW DANS LE DERNIER NUMÉRO GRATUIT DU MAGAZINE MMENSUEL EN CLIQUANT ICI. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici