Et pendant ce temps-là, au Maroc, un pays que l’on kiffe tellement pour passer quelques jours de vacances au soleil (hors période de covid-19, bien sûr !), une vaste campagne d’outing, de dénonciation, de diffamation, de haine, d’extorsion de fonds et même dans certains cas, d’incitation au suicide vise la communauté LGBT+ depuis quelques jours…  

Par Fred Lafeuille

L’objectif est clairement affiché : piéger les utilisateurs des applis de rencontres pour les outer, puis les harceler sans relâche. Tout est parti du compte Instagram d’une influenceuse transsexuelle vivant en Turquie suivie par 600 000 followers. Par le biais de vidéos en live sur le réseau social, cette grognasse dont nous choisissons de ne pas révéler le nom – on ne va tout de même pas l’aider à générer du trafic sur ses comptes ! – n’a pas hésité à partager les données personnelles et les photos de ses victimes marocaines, les accusant au passage de propager le VIH. Elle est même allée jusqu’à demander à ses abonnés de créer de faux comptes sur les applis de rencontres afin de piéger un maximum de victimes. 

SOUS LA PRESSION, UN GAY DE 21 ANS SE SUICIDE

Et son petit manège fonctionne à merveille ! Pour passer le temps pendant le confinement, parce qu’ils ont certainement déjà tout regardé sur Netflix et qu’il se sont lassé de leur Nintendo Switch, des tas de sous-débiles ont répondu à l’appel et se sont mis à torturer du gay, à “casser du pédé”, bien à l’abri, derrière l’anonymat de leurs écrans. Parfois, l’influenceuse et ses petits potes parviennent même à tuer par procuration. Ainsi, alors qu’il était en confinement avec sa famille à Rabat, un étudiant gay de 21 ans se serait suicidé à cause de la pression psychologique insupportable subie suite à la diffusion de ses photos de drague. 

« Des tas de débiles ont répondu à l’appel et se sont mis à torturer du gay, à “casser du pédé”, bien à l’abri, derrière l’anonymat de leurs écrans. »

Dans un appel,  notamment signé par des groupes comme l’Institut Prometheus, Atyaf Collective, le Groupe des Jeunes Femmes pour la Démocratie ou encore l’association Akaliyat, le nom de la personne responsable de cette campagne est directement mentionné, histoire d’aider les autorités à agir.

Cet appel demande directement aux institutions et aux organisations d’informer les autorités concernées des agissements de cette influenceuse hautement toxique. Mais pour l’instant, rien. Que dalle. Nada. En en hauts lieux, on préfère la politique de l’autruche. Pourtant, il y a urgence. L’une des animatrices de la campagne de défense des droits LGBT+ l’a affirmé : “Nous avons été contactés par plusieurs personnes en situation de détresse suite à cette campagne qui a révélé leur identité de genre à leurs proches”.

“ON SOUTIENT, MAIS DANS L’OMBRE”

Existe-t-il une solidarité du peuple marocain envers les victimes ? Mouais… Bof… Car, rappelons-le, le conservatisme est encore largement de rigueur dans ce beau pays. Ou comme ironise si bien dans Têtu Abdellah Taïa, premier auteur marocain ouvertement homosexuel, on soutient mais on ne se mouille pas trop : “C’est compliqué, mon ami. C’est dangereux pour elles, pour eux. On ne peut pas afficher notre soutien, sinon on va croire ‘qu’on en est’ nous aussi. On ne peut pas le faire. Désolé. Bien sûr. On comprend. On les comprend. On soutient, mais dans l’ombre. Ce n’est pas de leur faute. Quand l’Etat ne protège pas, tout le monde a peur. Peur de tout. Peur de perdre tout en un clic : famille, travail, logement. En plein corona se retrouver à la rue. On les comprend. Très sincèrement, on les comprend”. 

“l’État n’est pas là. Il est aux abonnés absents »

Et Taïa de poursuivre, en dénonçant l’hypocrisie d’état : “l’Etat n’est pas là. Aux abonnés absents. Et sans une réponse politique, rien ne va bouger. On continuera de sacrifier les gays, les lesbiennes, les personnes transgenres et leurs ami-e-s. Et on continuera de dire que le Maroc se modernise et la jet-set internationale continuera d’y trouver le décor Mille et une Nuits dont elle a tellement besoin pour survivre au rythme tellement infernal de l’Occident. Un espace idéal pour réaliser vos rêves orientalistes, vos fantasmes néo-colonialistes. Venez chez nous. Fermez les yeux vous aussi. On est un peuple ouvert d’esprit. On a même organisé des concerts avec les chanteurs Elton John, Mika et Ricky Martin. Ils sont gays, ces hommes, non ?” Rien à ajouter !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici