Frappés à coups de selles de vélo jeudi à Lille, trois jeunes hommes ont échappé au pire ! Depuis quelques semaines les chiffres sont sans appel : les agressions homophobes repartent à la hausse. Une situation alarmante pour les associations qui tirent le signal d’alarme ! 

Par Andrei Olariu 

Ce jeudi 25 juin à Lille dans le quartier de Wazemmes  trois jeunes hommes ont été violemment insultés et frappés. Selon Pierrick l’une des victimes, les cinq agresseurs étaient clairement homophobes et voulaient « casser du PD ». Une plainte a été déposée vendredi après-midi.

FRAPPÉS À COUPS DE SELLES DE VÉLO 

Il était aux alentours de 15h. « Je sortais du métro de Wazemmes. J’ai croisé deux amis, gays comme moi, dans le parc à la sortie de la station et je suis allé les saluer », relate Pierrick, 22 ans. « Une minute après, cinq jeunes, qui devaient avoir 15-16 ans, sont arrivés et ont commencé à nous insulter. »

Ils nous ont dit « sales pédés bougez de là, y a pas de pédés ici et y en a jamais eu » 

Tout s’est enchaîné très vite. « On s’est levé et on a pris nos affaires pour partir, là un des gars a mis une grosse baffe à un de mes amis », poursuit Pierrick. « J’ai commencé à repousser le gars et là ses amis m’ont frappé avec les barres métalliques de selles de vélo. »

DES TÉMOINS INTERVIENNENT

Heureusement cette fois des témoins de la scène décident de s’interposer. « Un groupe de jeunes est venu nous aider, des gens du quartier sont descendus pour faire reculer nos agresseurs. Un monsieur du quartier est même venu nous prendre dans ses bras pour nous réconforter », se souvient Pierrick. « Au final, dans ces 20 minutes, on a reçu plus d’amour que de haine. »

À LIRE AUSSI : Les violences anti LGBT ont explosé pendant le confinement !

Pendant ce temps, les agresseurs ont poursuivi leurs violences. « Ils continuaient à nous insulter, ils nous jetaient des bouteilles dessus. » Pierrick a contacté la police qui est vite arrivée sur les lieux. « On a fait le tour du quartier pour les retrouver, mais ils ont vite pris la fuite dans le métro. »

DES AGRESSIONS EN HAUSSE

Frappé à coups de selles de vélo, Pierrick a une plaie de 3cm au crâne. « J’avais la tête en sang… » Un médecin légiste lui a prescrit trois jours d’ITT. Après cette agression, il est retourné chez ses parents pour se reposer.  « Je n’ai pas tellement de colère, j’ai surtout de la pitié. Ils avaient 17 ans maximum, c’était des gamins », explique-t-il, déplorant « qu’on se prenne encore des coups comme ça, gratuitement ». Il a témoigné de son agression sur les réseaux sociaux pour rappeler que « cela ne doit plus arriver ».

Certains m’ont dit « ce n’est pas grave », « ç’aurait pu être pire ». Je ne peux pas l’entendre ce discours. C’est grave et cela ne doit plus arriver.

Pierrick a déposé plainte vendredi après-midi. Cette agression survient alors que dans leurs rapports annuels, l’association SOS Homophobie et le ministère de l’Intérieur déploraient une forte hausse des agressions physiques envers les personnes LGBTI en 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici