« J’ai tenté de rendre les gays plus humains ». C’est par ses mots que l’influenceuse trans Sofia Taloni (aka Naofal Moussa) a commencé sa vidéo d’excuses. Après avoir outer des dizaines de LGBT et avoir poussé un ado au suicide, l’heure est à présent aux regrets.

Par Andrei Olariu 

En avril dernier l’influenceuse trans Sofia Taloni avait lancé une grande campagne d’outing contre les LGBT au Maroc. Elle encourageait ses 627 000 followers à créer de faux profils sur les applications de rencontres gay pour démasquer les homosexuels.

À LIRE AUSSI : « Mon mari pense que notre bébé est gay »

« Dites que vous êtes passifs ça attirera plus de monde », a précisé Sofia. Puis, elle va demander à ses abonnées de faire des captures d’écran des conversations. « Diffusez-les massivement sur Facebook pour montrer au monde tous ces gays  »

UN CRIME AU MAROC

Au Maroc, l’homosexualité est punie d’une peine de 3 ans d’emprisonnement. Sans protection, les LGBT sont régulièrement la cible de violences, d’insultes et d’humiliations. Suite à la vidéo de Sofia Taloni, des dizaines d’homosexuels ont vu leurs photos publiées sur les réseaux sociaux entrainement même le suicide d’un adolescent.

« Dites que vous êtes passifs ça attirera plus de monde »

Dans une interview au site Reuters, elle donne une version tout à fait personnelle pour expliquer son geste stupide. « Mon intention était d’humaniser et de normaliser les personnes gay au Maroc pour que nous arrêtions de les considérer contre des marginaux », a-t-elle exprimé. « Je voulais véritablement que les habitants pensent aux gays comme à l’homme ou la femme d’à côté et qu’ils arrêtent de les regarder négativement. » 

À LIRE AUSSI : « On a voté l’amendement des PD », la députée Laetitia Avia accusée d’homophobie

Elle a bien évidemment terminé son interview par des excuses qui arrivent trop tard. « Je regrette profondément ce geste. Je ne voulais pas viser les gays, je voulais les rapprocher de la société mainstream. »

DES EXCUSES QUI SONNENT FAUX 

Difficile pourtant de croire en la sincérité de Sofia Taloni. Le mois dernier la jeune femme déclarait justement tout le contraire au The Moroccan Times. « Je ne regrette absolument pas ce geste. Les gays sont jaloux de moi et de ma popularité. Ce n’est pas moi qui ai commencé cette guerre. Les gays ont partagé mon profil partout sur les réseaux sociaux pour que l’on me bénisse », argumentait Sofia. À croire que parfois il y a une justice dans ce monde, puisque le compte de Sofia Taloni a bel et bien été désactivé par Instagram.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici