Pas de Marches des fiertés pour les employés de la BBC. Une récente annonce du groupe audiovisuel public anglais demande à ses salariés de ne pas participer aux prides. Les dirigeants ont tenu à s’en expliquer. Ils maintiennent que par souci de “neutralité”, les employés de la BBC ne devraient pas prendre part à ce genre d’événements…

Par Andrei Olariu

Dans une récente annonce partagée sur son site, la BBC avait officialisé l’instauration de nouvelles mesures. L’idée : garantir l’impartialité de ses salariés et journalistes. Ce communiqué précise que les employés du groupe audiovisuel public de Sa Masjesté n’ont pas le droit “d’exprimer une opinion personnelle sur des sujets d’ordre public, sur la politique ou sur des sujets controversés”, selon The Guardian. Ces règles restrictives s’appliquent également à leurs posts sur les réseaux sociaux, qu’ils soient professionnels ou personnels.

Pas de Pride au nom de la neutralité de la presse !

Toujours selon ces nouvelles directives, les salariés ne doivent pas soutenir des manifestations pouvant mettre en péril leur neutralité. Une mesure qui concerne donc des mouvements comme les Black Lives Matter. Mais aussi toute forme de soutien à la communauté LGBT+, comme les Marches des Fiertés.

À LIRE AUSSI : Les acteurs hollywoodiens le plus souvent nus à l’écran

Pourquoi lancer de telles mesures ? La BBC est souvent accusée de ne pas faire preuve de neutralité, notamment par le pouvoir en place. Les dirigeants du groupe espèrent donc rétablir la crédibilité de ses chaînes et de ses radios. 

Une décision injuste et incompréhensible 

Bien évidemment, cette annonce a mécontenté nombre de salariés ! Aussi, le DG de la BBC, Tim Davie, a précisé que les nouvelles directives d’impartialité ne signifient pas qu’il est “interdit” d’assister aux Marches des fiertés “si les directives sont respectées”.  

Dans une note envoyée au personnel et partagée avec Attitude, Davie précise : “Chers tous, merci pour votre soutien dans le déploiement des directives éditoriales sur l’impartialité. Ces nouvelles directives et les règles relatives à l’activité des médias sociaux sont des étapes importantes pour renouveler notre engagement d’impartialité. Et pour garantir la confiance que le public nous porte.”

“IL N’Y A PAS DE RESTRICTION…”

Je veux m’assurer qu’il n’y a pas de place pour une mauvaise interprétation, suite à des commentaires inexacts et à certains commentaires du personnel – à savoir la possibilité de participer aux Marches de la fierté. Il n’y a pas d’interdiction à ce sujet.”

À LIRE AUSSI : Des islamistes avaient projeté d’attaquer la Gay Pride d’Amsterdam

“[…] Si les membres des rédactions et des affaires courantes participent à de tels événements, ils doivent veiller à ne pas s’impliquer dans des questions qui pourraient être considérées comme politiques ou controversées. Il n’est donc pas interdit à ces membres de participer aux événements de la fierté.

Une question subsiste néanmoins : pourquoi considérer les Marches comme des événements politiques et/ou controversés lorsqu’elles ne font que célébrer les libertés, notamment celle de s’aimer ? S’aimer est-il donc devenu un acte politique et/ou controversé qui décrédibilise un discours ? Oui, il y a de quoi s’inquiéter de cette démarche !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici