Plusieurs agressions et actes d’intimidation ont eu lieu contre des hommes gay dans le bois de Keroual, à Guilers, près de Brest (Finistère). Les responsables n’ont pas été appréhendés. Et les habitués de ce lieu de cruising tremblent…

Par Andrei Olariu

Nous ne le rappellerons jamais assez : par les temps qui courent, la prudence est le mot d’ordre lorsqu’on fréquente des lieux de cruising en extérieur. Plusieurs agressions ou actes d’intimidation ont en effet été recensés dans le bois de Keroual, à proximité de Brest. C’est Arnaud, un cinquentanaire habitué des lieux,qui a averti les personnes LGBT+ par le biais du quotidien Ouest France

Il y a quelques mois, j’ai reçu une pierre sur ma voiture”, témoigne le cinquantenaire. “Quand je viens ici, je fais très attention”. Et selon lui, les hommes qui fréquentent le lieu de cruising sont de plus en plus nombreux à être victimes d’actes homophobes.

UN TIR AU FUSIL AIRSOFT

En effet, d’autres hommes ont signalé des agressions aux autorités cet été. Pare-brise cassés, canettes projetées et insultes sont devenus monnaie courante. Le 18 juillet, les gendarmes ont même été avertis qu’un tir au fusil Airsoft avait ciblé une voiture. Selon eux, un petit groupe de vingtenaires auraient pris l’habitude de roder dans ce bois pour y empêcher la drague.

À LIRE AUSSI : Lille – cinq jeunes suspectés de tentatives d’homicide à caractère homophobe

La communauté LGBT+ locale connait bien le bois de Keroual. “Ici, je peux vivre ma vie”, raconte Arnaud dans Ouest France. “Personne ne sait, ni mes collègues ni ma mère et c’est mieux comme ça. Révéler son homosexualité, ça peut détruire une personne”, ajoute-t-il. Il se rend donc en moyenne toutes les deux semaines dans ce bois pour pratiquer le cruising et vivre sa sexualité.

“NOUS AVONS REÇU DES CANETTES ET ÉTÉ INSULTÉS”

Nous avons reçu des canettes et été insultés. Il y a aussi des personnes qui se sont fait suivre dans les bois”, explique quant à elle Lucie Kermagoret, la responsable de l’antenne du Finistère de l’association AIDES, qui se déplace dans les lieux de cruising pour sensibiliser aux IST. L’association y distribue des préservatifs et des autotests.

SOYONS PRUDENTS !

Le maire de Guilers, où se trouve le bois de Keroual, a largement conscience du problème.  “Le bois doit rester un lieu de tranquillité pour tous, on doit s’y sentir en sécurité”, confie-t-il à Sud Ouest. Mais quoi qu’il en soit, nous en revenons à ce que nous écrivions au début de cet article : soyons prudents !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici