Une coalition de cliniques et d’organisations LGBT poursuit l’administration Trump qui permet désormais aux médecins de refuser de traiter les patients trans…  

Par Fred Lafeuille

L’administration Trump a annoncé le retrait des protections des soins de santé pour les patients trans le 12 juin, jour du quatrième anniversaire de la terrible fusillade du Pulse, en Floride.

Cette décision vient annuler les modifications apportées aux directives fédérales par l’administration de Barack Obama en 2016. Ces dispositions élargissaient en effet les protections qui se voulaient inclusives, quelle que soit son identité de genre. La décision de Trump signifie que les médecins peuvent désormais refuser de traiter les patients trans sur la base qu’ils sont trans.

À LIRE AUSSI : Les Village People refusent que Trump utilise leurs chansons

Les cliniques et organisations LGBT ont donc décidé de réagir aussitôt et de saisir la justice pour   bloquer cette nouvelle règle publiée par le ministère de la Santé et des Services sociaux. “Tout le monde mérite un accès facile aux soins de santé et à des soins de santé qui respectent qui nous sommes”, a ainsi déclaré Bamby Salcedo, président et chef de la direction de “TransLatin@ Coalition”, l’une des organisations plaignantes dans le procès. “Cette règle nuira aux communautés marginalisées qui rencontrent déjà des obstacles aux soins”.

UNE ÉNORME MOBILISATION POUR UN PROCÈS CAPITAL

La plainte a été déposée le 22 juin devant le tribunal du District de Columbia par Lambda Legal Defence and Education Fund et Steptoe & Johnson. Parmi les plaignants, on retrouve aussi la Whitman-Walker Clinic et le Los Angeles LGBT Center, ainsi que des médecins LGBT et des associations de prestataires de soins de santé. La mobilisation est donc énorme.

À LIRE AUSSI : Trump félicite les chercheurs pour le vaccin contre le Sida… qui n’existe pas

Certains accusent Trump de se venger de la sorte. En effet, cette décision est intervenue tout juste une semaine après la décision historique de la Cour suprême des États-Unis protégeant les travailleurs gays et transgenres. Mais, bien que la décision de la Cour suprême ne s’applique qu’aux salariés, les avocats des plaignants pensent que cela aidera leur plaidoirie.

Le vent est certainement en notre faveur”, a déclaré l’avocat principal de Lambda Legal, Omar Gonzalez-Pagan. “Il ne fait aucun doute que l’analyse que déploie l’administration Trump est incompatible avec la décision finale de la Cour suprême dans les affaires d’emploi. Et elle affaiblit davantage toute justification qu’ils pourraient tenter de déployer”. Affaire à suivre…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici