Un amalgame scandaleux entre homosexualité et pédophilie. La Une de l’édition du 3 février de France-Antilles a été supprimée des réseaux sociaux après que SOS Homophobie a réagi. Le titre “L’homosexuel préférait les petits garçons” faisait en effet ouvertement un amalgame aussi scandaleux que dangereux. 

Par Fred Lafeuille

Mercredi 3 février, le journal local s’est retrouvé dans la tourmente. SOS Homophobie l’a en effet épinglé pour un titre de Une aussi scandaleux qu’écœurant. Il faisait écho à une affaire de mœurs pour le moins sordide. Un homme a en effet été condamné à trois ans et demi de prison ferme par le tribunal correctionnel pour pédocriminalité. 

À LIRE AUSSI : DÉCOUVRE GRATUITEMENT LE DERNIER NUMÉRO DE MMENSUEL

Or, le lien établi par le journal avec l’orientation sexuelle de cet homme pose un vrai problème. Et il ne peut que nourrir l’homophobie de certains conservateurs aux neurones mal connectés. 

Un amalgame scandaleux

Ce gros titre controversé a été supprimé des réseaux sociaux et du site de journal après plusieurs dénonciations de militants LGBT+ dans la matinée d’hier.

Merci de retirer cet amalgame abject entre homosexualité et pédocriminalité et de présenter vos excuses”. Tel fut le message de la célèbre Claire Underwood [compte Twitter spécialisé dans la dénonciation des LGBT-phobies – NdlR].

SOS Homophobie a rappelé à quel point il est toxique d’assimiler l’orientation sexuelle du prévenu et ses crimes. 

Dans son kit à destination des médias, l’Association des journalistes LGBTI (AJL) rappelle que ce type d’amalgames homophobes n’est pas nouveau. “L’homosexualité n’est pas la pédophilie”, clamait déjà l’asso en 2014.

“Un flou nauséabond est encore entretenu de nos jours, soit par ignorance, soit par gayphobie, souvent pour fragiliser les revendications des associations LGBT. Il faut bien faire attention à ne pas mélanger les deux dans le traitement des sujets.” 

“LE TABOU PORTANT SUR L’HOMOSEXUALITÉ EN PARTICULIER EN OUTRE-MER NE SAURAIT ÊTRE ANODIN” 

De son côté, Gabriel Serville, député de la 1re circonscription de Guyane, a également réagi sur Twitter. Il a rappelé avoir déposé un rapport d’information sur le sujet à l’Assemblée nationale. Son but : sensibiliser sur le rôle qu’ont les médias dans la lutte contre les discriminations anti-LGBT, notamment dans les territoires d’outre-mer.

À LIRE AUSSI : Plainte de Gabriel Attal après un courrier homophobe et antisémite

Le tabou portant sur l’homosexualité en particulier en outre-mer ne saurait être anodin”, indique le rapport. “L’ignorance qu’il génère peut nourrir des associations scandaleuses entre homosexualité et pédophilie […]. Mais il entretient surtout une négation de l’altérité et de la diversité des identités sexuelles et nourrit, en ce sens, des formes insidieuses d’homophobie.

Des excuses insuffisantes 

Devant l’ampleur de cette affaire, le directeur éditorial Cyril Boutier et la rédactrice en chef Nathalie Dinane ont présenté leurs excuses sur Facebook. Ils y assurent que “cet article et ce titre relataient de faits pédophiles abjects”. Selon eux, il “ne visaient en aucun cas à faire l’amalgame entre une orientation sexuelle et un crime”.

Et de conclure : “Nos rédactions continueront à œuvrer pour lutter contre toutes les formes de discrimination.” Ah oui ? Alors, chers Nathalie et Cyril, prouvez-le ! Et pourquoi pas un grand dossier spécial sur l’homophobie dans un prochain numéro ? 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici