Un couple de mecs a été agressé le 26 mai 2020 à l’hypermarché Cora de Metz-Borny. Mais, pas un média n’a jugé bon d’en parler. L’une des deux victimes revient sur cet épisode traumatique et intolérable.

Par Fred Lafeuille

Nous sommes en France. En 2020. La loi nous autorise à nous marier. À nous aimer. À vivre en paix. Pourtant, l’homophobie n’a jamais été aussi visible. Un couple d’hommes a ainsi subi une violente agression le mardi 26 mai 2020 à l’hypermarché Cora du quartier de Borny à Metz (Moselle). Les faits ont été rapportés dans un communiqué par l’association “Couleurs Gaies”, qui milite pour les droits des LGBT+.

À LIRE AUSSI : HOMOPHOBIE – “Ton pédé de fils, on va le crever !”

L’un des deux hommes agressés a accepté de revenir anonymement sur cet épisode pour le site Lorraine Actu. “On faisait nos courses au Cora de Borny et on avait remarqué qu’un groupe de jeunes parlait sur nous”, explique-t-il. “Mais nous n’y avons pas trop prêté attention”. Le groupe en question les a suivis dans la galerie marchande et s’est mis à insulter les deux mecs : “Sale pédé, fils de p**e”.

LE COUPLE A ÉTÉ INSULTÉ, A REÇU DES CRACHATS ET MÊME UNE CANETTE

On s’est dépêchés pour aller à notre voiture. Ils nous ont dit ‘Ne revenez jamais à Borny !’, puis nous ont de nouveau insultés, craché dessus et mon compagnon a reçu une canette”. Les deux hommes ont déposé plainte et attendent “d’en savoir plus”. Les jeunes se sont enfuis après cette agression homophobe. Le couple n’a pas subi de violence physique, mais les violences verbales laissent des traces.

Un mois après les faits, le couple affirme “ne pas être rassuré” à l’idée de retourner faire ses courses. “On a pris contact avec la direction. Elle nous a dit que le groupe était tout le temps là-bas”. En somme ni les flics ni les dirigeants du magasin n’ont réellement agi contre ce groupe de gros c**s. “Pour le moment, on va faire nos courses ailleurs”, témoigne l’homme.  

“NOUS SUBISSONS PARFOIS DES REGARDS APPUYÉS OU QUELQUES INSULTES”

Nous sommes en France. En 2020. La loi nous autorise à nous marier. Mais deux mecs sont terrorisés à l’idée d’aller faire leur course parce que l’indifférence règne quand il faut agir contre l’homophobie. “Nous subissions parfois des regards appuyés ou quelques insultes, presque quotidiennement, mais ça n’a jamais été aussi violent”, avoue le témoin.

À LIRE AUSSI : 40% des LGBT ont subi au moins une agression cette année !

La police assure que les choses devraient “bientôt accélérer”. Euh… chers policiers, vous attendez quoi ? Que ce groupe qui fait la loi aille plus loin et en arrive aux mains ? Et le témoin de déclarer très justement : “C’est triste à dire, mais si cette histoire n’avait pas été médiatisée, ça aurait été classé sans suite”. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici