Aïe aïe aïe… On a vraiment mal pour lui ! Un homme franchement alcoolisé s’est en effet grièvement blessé à Berlin. Il s’est carrément coupé le pénis et l’a jeté dans un parc familial de la capitale allemande. En pleine hémorragie, il a été conduit à l’hôpital par les secours…

Par Andrei Olariu

Un homme coupe son pénis et le jette. Le sexe reste introuvable…
Un homme coupe son pénis et le jette. Le sexe reste introuvable…

Il y a quelques semaines, lors d’une nuit tranquille, un homme s’est dit que son pénis était de trop dans son anatomie. Armé d’un couteau émoussé, l’homme en question s’y est pris à trois reprises – oui trois ! — pour se sectionner ses bijoux de famille. Selon le Berliner Kurier, les faits se sont produits dans un jardin familial situé au sud-est de la capitale allemande. 

Quand les secours sont arrivés sur place, ils sont tombés sur un homme alcoolisé qui saignait fortement de l’entrejambe. En même temps, quand tu te sectionnes le pénis, on se doute que le sang coule en flot en mode film d’horreur ! Les secouristes ont pris en charge le blessé et ont tenté de retrouver son sexe… 

IMPOSSIBLE DE METTRE LA MAIN SUR LE PÉNIS COUPÉ !

Mais impossible de mettre la main dessus. L’homme a en effet déclaré ne pas se souvenir où il avait jeté son sexe. Des rats en auraient-ils fait leur dîner ? Quoi qu’il en soit, l’homme a été transporté à l’hôpital le plus proche. Ses blessures étaient graves, mais son pronostic vital n’était pas engagé. La police a quant à elle ouvert une enquête pour savoir ce qui a poussé l’homme à agir de la sorte. Mystère et boule de gomme !

À LIRE AUSSI : Abonnez-vous à “MMensuel” pour seulement 29 euros par an !

Cette histoire nous rappelle d’autres faits plus anciens. En 2016, Trent, un jeune homme américain de 23 ans, a cru bon d’improviser lui-même une ablation de son pénis et de ses testicules à l’aide d’un couteau en céramique. Il avait décidé de devenir un “nullo” par ses propres moyens. Pour info, “nullo” est l’abréviation de “genital nullification”, ce qui se traduit par “négation génitale”. Il s’agit d’un terme qui se réfère aux personnes ayant subi l’ablation des organes génitaux. 

Ces personnes ne sont pas nécessairement des personnes transgenres. Il peut en effet s’agir d’hommes eunuques, asexuels ou homosexuels. Trent a donc suivi les traces d’un “nullo” appelé Gelding. Ce dernier s’était en effet distingué en se coupant lui-même ses parties génitales. Trent en a donc fait autant ses propres testicules ainsi que son pénis à l’aide d’un couteau en céramique. 

SA MÈRE MET À LA POUBELLE SON PÉNIS CONGELÉ

Honnêtement, je n’ai pas eu de problème avec la douleur”, avait-il indiqué à l’époque. “J’ai utilisé un peu d’agents anesthésiants, un peu de lidocaïne, et j’ai pris cinq milligrammes d’oxycodène« . Trent a ensuite décidé de conserver son pénis dans le congélateur familial. Et un jour, en faisant le vide dans ledit congélateur, la mère de Trent a tout simplement jeté les parties génitales de son fils à la poubelle. S’est-elle demandé à l’époque : “mais, c’est quoi cette espèce de saucisse de Toulouse et les deux quetsches rabougries qui vont avec ?”  

À LIRE AUSSI : Une femme jette son mari dehors pour avoir rejeté leur fils homosexuel ! 

À l’époque, Trent avait été conduit à l’hôpital pour être recousu. “Les médecins ont veillé à ce que je reçoive un traitement psychiatrique”, avait-il indiqué. “Juste pour s’assurer que j’étais sain d’esprit et que c’était une bonne décision. Les thérapeutes et le personnel psychiatrique ont dit ‘ c’est étonnant, mais il est sain d’esprit !’”

Depuis l’ablation de ses parties intimes, Trent est épanoui. “Je n’ai jamais été aussi heureux”, indique-t-il. “Je me sens plus moi. Je me sens, je suppose, plus libre dans un sens. C’est un peu difficile à décrire. Je me sens plus comme le moi que j’ai toujours senti que j’étais.” Peut-être, cher Trent. Mais pourquoi en passer par autant de douleur ? 

RÉFLÉCHISSEZ BIEN AVANT DE TENTER DE VOUS COUPER LE PÉNIS VOUS-MÊME !

Avis à nos lecteurs… si votre pénis vous dérange et que vous avez envie de la couper, posez-vous les deux questions suivantes. Primo : est-ce que je  suis complètement bourré ? Deuxio : est-ce qu’il ne serait pas bon de rencontrer un médecin et/ou un psy avant de me charcuter ? 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici