L’icône des droits civiques transgenres Marsha P. Johnson sera honorée par un monument public dans sa ville natale du New Jersey. C’est une victoire pour sa famille et les activistes qui ont lutté durant des années pour qu’un tel hommage soit rendu à cette figure emblématique de la lutte LGBT+.

Par Fred Lafeuille

Marsha P. Johnson, native d’Elizabeth a été l’un des personnages clés lors des événements de 1969 au Stonewall Inn. C’est notamment grâce à elle que le mouvement de libération des homosexuels est devenu plus visible. Le mot “transgenre” n’était pas encore très utilisé du vivant de Johnson. Mais elle utilisait des pronoms féminins et se qualifiait elle-même “gay, travestie et reine”.

Selon la légende, c’est Marsha qui aurait lancé la première brique contre la police. C’est donc elle qui aurait ainsi donné le coup d’envoi des émeutes de Stonewall. Par la suite, elle a milité pour l’accès aux soins des personnes LGBT+ durant l’épidémie de VIH. Elle a aussi été l’une des membres fondatrices du Front de libération gay. Photographiée par Andy Warhol, elle est même devenue une figure du pop-art.

MILITANTE, ELLE A AUSSI AIDÉ DE NOMBREUX JEUNES LGBT+ À LA RUE

Dans les années 1980, Marsha P. Johnson militait pour Act Up et a cofondé le S.T.A.R (Action révolutionnaire des travesties de rue), avec Sylvia Rivera. Elle a également aidé des jeunes LGBT+ chassés de chez eux en raison de leur orientation sexuelle en leur donnant de la nourriture et des vêtements. Selon l’institut Marsha P, le “P” de son nom signifie “Pay it no mind” (“n’y prêtez pas attention”). C’est en effet ce qu’elle répondait lorsqu’on l’interrogeait sur son genre.

À LIRE AUSSI : VIDÉO – Jennifer Lopez soutient un trans de sa famille dans un nouveau court métrage

Andrew Cuomo, le gouverneur de New York a annoncé il y a quelques jours, en association avec la famille de Johnson, qu’un monument serait construit en son honneur. Il sera érigé sur le Freedom Trail, dans le parc East River du quartier de Williamsburg, dans la ville d’Elizabeth. C’est la toute première fois aussi qu’un parc de la ville de New York sera baptisé du nom d’une femme transgenre et noire, comme le souligne Time Out.

“RACONTER SA VIE PERMETTRA DE PRÉSERVER SA MÉMOIRE ET DE CÉLÉBRER SON COMBAT”

Des voix qui ont amené le progrès à New York et dans le pays sont trop souvent marginalisées”, a déclaré Andrew Cuomo, le gouverneur de  New York. “Elles n’ont pas été reconnues et ne concernent qu’une infime fraction de notre mémoire et des monuments. Marsha P. Johnson était une leader du mouvement LGBT+ et ce n’est que maintenant que nous reconnaissons ce mérite. Lui dédier ce parc et mettre en place une installation artistique pour raconter sa vie permettra de préserver sa mémoire et de célébrer son combat pour l’égalité des droits”.

UN DOCUMENTAIRE SUR NETFLIX

En octobre, le bureau des affaires LGBT+ du comté d’Union invitera le public à participer à la planification du projet. La famille Johnson et des élus locaux seront également de la partie.

La fin de Marsha P. Johnson fut tragique. Son corps a été retrouvé dans la rivière Hudson en 1992, alors qu’elle n’était âgée que de 46 ans. La police a estimé qu’il s’agissait d’un suicide. Mais ceux qui la connaissaient pensent encore aujourd’hui qui s’agirait d’un assassinat. Sa vie et sa mort ont fait l’objet d’un documentaire Netflix en 2017.

En voici la bande-annonce (en anglais) :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici