Quelqu’un a semble-t-il oublié de prendre ses pilules ce matin ? Une habitante du Nebraska vient de déposer une plainte devant le tribunal fédéral contre « les homosexuels. » Citant abondamment la Bible, elle demande au juge de déterminer si l’homosexualité est « un péché ».

Par Andrei Olariu

C’est le site LGBTQ Nation qui publie l’information cette semaine. Sylvia Ann Driskell, une Américaine de 66 ans vit dans le Nebraska. En 2015, elle décide de porter plainte contre « tous les homosexuels » devant un tribunal. Son but ? Demander à un juge fédéral de décider une fois pour toutes si l’homosexualité est ou non une « abomination ». Depuis quelques jours, les détails de l’affaire ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux provoquant une véritable vague d’indignation !

LA VOIX DE DIEUX

La plainte manuscrite de 7 pages a été déposée au nom de « Sylvia Ann Driskell, ambassadrice de Dieu et de son fils, Jésus-Christ ». Les accusés ? « Tous les gays de la planète et les alliés » votre honneur !

À LIRE AUSSI : « On a voté l’amendement des PD », la députée Laetitia Avia accusée d’homophobie

« Pourquoi les juges adoptent-ils des lois afin que les pécheurs puissent enfreindre les lois religieuses et morales ? » s’indigne la plaignante. Pour étayer son argumentation, elle ne cite aucun texte juridique, préférant s’appuyer sur la Bible. « La loi ne connaît pas d’hérésie ». Il est difficile de savoir de quoi elle accuse exactement les homosexuels, à part du fait de vivre dans le péché, qu’elle prend le soin de définir comme « la volonté d’enfreindre la loi religieuse ou morale ».

En revanche, il est clair que, pour elle, « l’homosexualité est un péché et eux, les homosexuels, savent que c’est un péché pour vivre leur vie d’homosexualité. Sinon, pourquoi se seraient-ils cachés dans le placard ? ». C’est d’une logique implacable…

UNE PLAINTE IRRECEVABLE 

Elle conclut en demandant au juge du Nebraska de « s’élever » contre l’homosexualité en la déclarant comme une « abomination » – comme le fait l’Ancien Testament.

Malheureusement, le juge ne va pas être très réceptif à sa demande. Comme l’a relevé un internaute, ledit juge a, cinq jours après le dépôt de la plainte, répondu très sérieusement dans un document de deux pages. « Une cour fédérale n’est pas un forum de débat ou de discours sur des questions théologiques. » Citant un arrêt de la Cour suprême, il ajoute : « La loi ne connaît pas d’hérésie, s’engage à ne soutenir aucun dogme ni les institutions d’aucun culte. » De plus, « aucun accusé n’a été identifié avec suffisamment de précision pour ouvrir une procédure. »

Sylvia va donc devoir revoir sa copie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici