Pour la première fois, on note une large diminution des personnes “out” au travail. À tel point que 47% des personnes interrogées par ce sondage sont prêtes à mentir à leur hiérarchie sur leur orientation sexuelle.  

Par Fred Lafeuille

©123rf – Katarzyna Białasiewicz

Seuls 43 % des LGBT ont révélé leur orientation sexuelle au travail en 2020, selon un sondage publié il y a quelques jours par nos confrères de Têtu. Ce qui correspond à une baisse plutôt vertigineuse de 11 points en seulement deux ans. Il s’agit donc bel et bien d’une “inquiétante régression”, comme le note le Boston Consulting Group (BCG), qui a réalisé l’enquête. 

À LIRE AUSSI : Cyril Hanouna devra payer 3 millions d’euros pour homophobie

C’est la première fois depuis la création de sondage en 2014 que l’on observe une véritable régression. 38% des LGBT estiment qu’être “out” au travail peut représenter un désavantage – ils étaient 30% en 2018. Près de 47% des personnes interrogées se disent prêtes à mentir à leur patron quant à leur orientation sexuelle. Et 22% des LGBT déclarent “ne pas avoir été eux-mêmes” au sein de leur entreprise.

DANS LES MÉDIAS, LES CONSERVATEURS PRENNENT PLUS LA PAROLE QU’AVANT

Est-ce parce que la société est plus homophobe d’année en année ? Peut-être ! Mais le BCG et Têtu avancent pointent aussi du doigt le travail à domicile. “Le télétravail a déshumanisé en partie nos interactions professionnelles. On ne s’attarde plus pour échanger sur qui nous sommes, mais seulement sur ce que nous faisons et produisons”, selon Thomas Delano, du BCG.

À LIRE AUSSI : Découvrez GRATUITEMENT le nouveau numéro du magazine Mmensuel

L’émergence et la médiatisation de sujets clivants dans le débat public sont aussi en cause. Et notamment la “multiplication de prises de parole conservatrice”, loin d’être favorables aux LGBT. Plus des deux tiers des personnes qui cachent leur orientation sexuelle au travail attendent des actions concrètes de la part des entreprises avant de faire leur coming out.

LES PETITES ENTREPRISES EN RETARD

Par ailleurs, il ressort aussi de l’enquête que sur les sujets de diversité et d’inclusion, les entreprises de moins de 1.000 salariés sont “nettement plus en retard”. Et dans ces structures, un LGBT sur quatre estime que son entreprise a progressé au cours des dernières années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici