Elle est de retour est de retour avec le clip de son titre Le con qui s’adore (en duo avec Bel) à découvrir sur la réédition de son album Rendez-vous… de la lune au soleil. Najoua prend son temps. On l’a rencontré pour l’occasion. Oa parlé de ses engagements, de ses nouvelles chansons, mais aussi d’un mystérieux roman. On a vraiment hâte d’en savoir plus ! 

BONJOUR NAJOUA. EN QUATORZE ANS DE CARRIÈRE, C’EST SEULEMENT TON TROISIÈME ALBUM. POURQUOI DE FAIS-TU SI RARE ?   

Disons que j’ai mon propre rythme. Il est vrai que c’est une petite moyenne si on compare avec d’autres artistes, mais elle correspond aussi à des périodes de ma vie tant par les changements ou les bouleversements volontaires qu’incontrôlés. Les émotions, les inspirations. Tu sais, l’envie d’écrire ne m’a jamais quittée, ni la mélancolie ni l’ivresse. Un peu comme des hymnes à la vie que je donne ou que je reçois.

IL EST IMPORTANT POUR TOI DE PRENDRE DU RECUL ?  

Ne pas apparaître publiquement ne veut pas dire que je me cache ou que je n’ai plus envie d’apparaître. C’est juste une envie de vivre pleinement, être moi et une autre et encore une autre à présent. Je veux être une artiste qui se construit aussi en tant que mère, épouse, amie, enfant, sœur, et par-dessus tout, être cette femme qui porte toutes ces forces ensemble. Je veux être habitée, vivante, entière… cette femme que je suis et que je veux être se nourrit des émotions, des états de la vie, du temps qui passe.

“C’EST IMPORTANT POUR MOI DE FAIRE LES CHOSES À MON RYTHME”. 

AVEC LA CRISE QUE NOUS TRAVERSONS ACTUELLEMENT, EST-CE QUE LE PUBLIC TE MANQUE ? 

Lorsque la mer est calme, le soleil apaise le cœur, il rassure, on est en paix. Lorsque la mer est agitée, le soleil manque et on recherche la paix.” Je ressens ta question ainsi. Mon soleil me manque quoi qu’il en soit. J’ai besoin de me nourrir de leurs visages, leurs cœurs, leurs regards sur moi… mon public est ce soleil.

TU A SORTI UNE ÉDITION ENRICHIE DE TON ALBUM RENDEZ-VOUS… DE LA LUNE AU SOLEIL. POURQUOI PAS UN NOUVEAU DISQUE ? 

Parce que j’en avais envie tout d’abord et parce qu’il y avait une vraie demande. De plus, cela me laisse du temps pour préparer mon nouvel album. C’est important pour moi, comme tu l’as compris, de faire les choses à mon rythme.

TU AS TOUJOURS PRÉSENTÉ UN UNIVERS VISUEL TRÈS FORT. OÙ PUISES-TU TON INSPIRATION ?  

Merci ! Je la trouve dans mes musiques, dans les compositions de Christophe Casanave, mais aussi dans mes textes souvent inspirés de la vie, des faits divers, de l’actualité et dans l’instant magique… celui que tu as en toi dans un instinct poétique, dans un regard simple.

“J’AI ÉTÉ LA PROIE D’UN PRÉDATEUR QUAND J’ÉTAIS ENFANT. […] J’AI CESSÉ DE ME TAIRE.” 

IL EST IMPORTANT POUR TOI D’ABORDER DES SUJETS AUSSI FORTS QUE LA RADICALISATION OU LE VIOL ?  

C’est mon devoir de le faire. C’est une chose qui se manifeste en moi et qui me guide en tant qu’être humain. C’est une partie de mon histoire. J’ai besoin de parler de ces choses sensibles qu’on n’aborde que dans les tribunaux, dans les cabinets médicaux ou jamais…

LES PAROLES DE TES CHANSONS SONT TOUJOURS TRÈS PERSONNELLES. C’EST UN PEU TON JOURNAL INTIME ?

Oui, une sorte de thérapie, tu peux le dire ! Ces sujets me touchent parce que j’y ai été confrontée. J’ai été la proie d’un prédateur quand j’étais enfant. Plus tard, j’ai écrit une chanson qui s’appelle “Docteur gel” qui est dans mon premier album. Et j’ai cessé de me taire. Tu sais, j’ai longtemps cherché une légitimité dans mon rôle de chanteuse, d’auteure, d’artiste, et je l’ai trouvée au travers de cela. Je souffle mes mots et j’ai l’impression que cela exulte, libère quelque chose. Quelque part, rien que d’en parler avec toi donne un sens à tout cela.

LA SUITE DE CETTE INTERVIEW EXCLUSIVE EST À RETROUVER DANS LE NOUVEAU NUMÉRO DE NOTRE MAGAZINE MMENSUEL DISPONIBLE GRATUITEMENT À PARTIR DU 6 NOVEMBRE. EN ATTENDANT, DÉCOUVREZ LE MAGNIFIQUE CLIP DU TITRE LE CON QUI S’ADORE :

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici